En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer les services Créditkoo adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus

Arnaque aux crédits : comment s'en protéger ?


Posté le Vendredi 18 Novembre 2016

Malgré une législation aussi présente que vigilante, les arnaques aux crédits en France perdurent. Et certaines sont en pleine explosion : selon L'Association Française des Usagers des Banques (AFUB), ce sont pas moins de 10 000 internautes qui seraient tombés dans le piège des faux emprunt récemment. Qui est ciblé ? Comment les malfaiteurs procèdent-ils ? Comment éviter de tout perdre ? Créditkoo vous renseigne et appelle à la prudence.
 

Les dessous de l'arnaque aux crédits

Pour mieux comprendre comment éviter ce type d’arnaque, commençons par revenir sur la manière dont procèdent ces escrocs. On recense à ce jour trois méthodologies majeures :
  • Les faux frais de dossier : des sites frauduleux demandent aux emprunteurs de régler des frais de dossier avant même que le crédit ne soit débloqué. Dès que l’emprunteur a payé ces faux frais de dossier, le site ou l’entreprise concernée devient muette et injoignable. Les fonds versés ne seront jamais récupérés…
  • Le faux trop-perçu : un site ou une entreprise se faisant passer pour un professionnel du crédit vous envoie un chèque d’un montant supérieur à celui du crédit prévu. L'emprunteur est immédiatement contacté pour être prévenu qu’un chèque avec un trop perçu est en cours d’acheminement. Pour rééquilibrer le montant, il lui est demandé de rembourser par virement le trop-perçu, montant que l’emprunteur récupèrera de facto en encaissant le chèque en cours d’envoi. Mathématiquement, l’explication est logique et il est difficile de remettre en question son bien-fondé. L’escroquerie se révèle au moment où l’emprunteur encaisse le chèque après l’avoir reçu : quelques jours après son encaissement, le chèque est rejeté par la banque de l’emprunteur (chèque volé, faux, …). L’emprunteur perd alors la somme versée au titre du faux remboursement et découvre qu’il ne recevra jamais l’argent qu’il attendait pour son crédit…
  • Le faux apport : les entreprises et sites frauduleux utilisent une troisième technique qui consiste à demander un apport initial juste avant le supposé déblocage du crédit. Or, à l'image des frais de dossier, dès que cet apport est réglé, le site frauduleux ne donne plus de nouvelles.
 

Comment se protéger des arnaques aux faux emprunts ?

Le marché du crédit en France est strictement encadré, régulé et de nombreux acteurs de renom le composent (établissements de crédit comme Cetelem, Cofidis, banques comme la BNP, etc). La recherche d’un financement est bien entendu un sujet sérieux, qui plus est lorsqu'il s'agit d'un crédit immobilier et donc d'une somme conséquente.

L'AFUB, recense à ce jour 250 plaintes mais estime que 10 000 internautes auraient été victimes de l'arnaque aux faux emprunts.

Face à ces phénomènes, rappelons quelques règles de base pour demander et obtenir sereinement un crédit tout en restant à l’abri des arnaques :

  • N’effectuez aucun versement avant la mise à disposition des fonds : on ne peut en aucun cas vous demander de verser de l’argent avant le déblocage effectif du crédit. Si un site ou une entreprise vous demande une somme d'argent préalablement, si petite soit-elle, mettez un terme immédiat à vos démarches avec cette entité. Nous le répétons, le marché du crédit est très encadré et les organismes de confiance respectent les règles fixées.
  • Méfiez-vous des offres trop alléchantes : le rêve n'est pas permis en matière de crédit. Il est vrai que les organismes de crédit se livrent une concurrence acharnée qui est favorable au client (taux compétitifs). Toutefois, les offres trop basses doivent vous alerter. A ce titre, Creditkoo vérifie et vous affiche en toute transparence les taux les plus bas et les taux les plus hauts pratiqués par chaque organisme comparé. Concret et 100% réel.
  • Prenez garde si vous êtes en difficultés : les sites frauduleux recherchent prioritairement les personnes les plus démunies. A cause d’une perte d’emploi, d’une situation de surendettement ou suite à un fichage à la Banque de France, les solutions sont rares et compliquées pour ces profils fragilisés. Les profiteurs le savent et n’hésitent pas à se présenter comme la solution de dernier recours, en profitant pour réclamer des versements d’avance ou utilisant d’autres subterfuges. Leur objectif est malheureusement de vous ponctionner sans vergogne, sans se soucier des conséquences désastreuses de leur malveillance. Soyez particulièrement prudents dans ce genre de configuration.
  • Transparence : qu’il s’agisse de comparateurs ou d’organismes de crédit, il est indispensable de s'adresser uniquement aux organismes fiables et transparents. Si vous peinez à trouver les coordonnées de l'entreprise et qu'elle n'est pas inscrite à l'ORIAS, passez votre chemin. Vous avez un doute ? Un organisme étrange que vous ne connaissez pas et qui semble opaque ? Passez au suivant…
  • Vérifiez l'immatriculation ORIAS du site : tout site ou entreprise proposant des crédits ou leur comparaison doit afficher des mentions légales claires et être enregistré à l'ORIAS. N'hésitez pas à vérifier son immatriculation en saisissant son nom dans le champ de recherche situé en haut à droite du site de l’ORIAS.


En synthèse :

  • Se fier à des sites ou organismes fiables, reconnus et transparents
  • L'emprunteur ne verse jamais d'argent avant d'avoir perçu les fonds
  • Les offres trop alléchantes sont bien souvent trop belles pour être vraies
  • Attention si votre situation est fragile
  • Des mentions légales doivent être complètes et facilement accessibles
  • Vous pouvez également vérifier que la société en question est bien immatriculée l'ORIAS
Voir tous les articles crédit
Creditkoo

Nous interrogeons nos partenaires

Préparation de la liste des organismes
pouvant répondre à votre demande

1 résultat trouvé
Ferratum Bank peut répondre favorablement à votre demande

*Sous réserve d'acceptation. Voir conditions et modalités sur www.ferratum.fr et par téléphone au 0 805 321 020 (numéro non surtaxé). Exemple : pour une utilisation ordinaire d'un montant de 500€ sur 30 jours au TAEG révisable de 19,50% (taux débiteur révisable de 19,50%), vous remboursez un total de 508,01€ en une échéance unique dont 8,01€ d'intérêts.